BOURGET / Il voudrait tant, version d’automne
Théâtre II

Maintenant disponible sur toutes les plates-formes.

J’ai le plaisir d’offrir une nouvelle interprétation de «Il voudrait tant», une chanson initialement présente sur mon album Les amants de l’ombre et dont j’ai co-signé le texte avec la romancière et essayiste Sarah Vajda. Cette nouvelle version, dite version d’automne, fait plus de 11 minutes. Durée inhabituelle pour une musique inhabituelle, sur un texte inhabituel. Voyageurs pressés et amateurs de chansons fast food s’abstenir. La pochette indique également Théâtre II, qui donne un indice sur le parti pris tragique de cette interprétation.

Distribué par Sélect.

Écoute en ligne via Sélect digital (Spotify, Apple Music, Dezeer, iTunes).

Téléchargement Livret numérique

Paroles (Sarah Vajda et Claude Marc Bourget).

IL VOUDRAIT TANT

Il voudrait tant ce soir se souvenir de toi
Dans la maison d’amour, tant il veut revenir
Carreaux brisés, bois abîmés, rongés, ruinés jusqu’au toit
De la chambre d’amour, jamais on ne devrait partir

Rideaux fanés, lit éventré, les corps avaient donné leur masse
Mais blanc entre les draps, sa craie ne te fit nulle trace
Mains vides, la foi cachée, ventre creux, le cœur absenté
Vos cris, vos yeux, vos âmes, vos anges montaient au ciel effacé !

Il t’attend, est-il possible que tu ne sois pas née ?
Amante aimante, dans la prison du temps emmurée ?
Attends, attends, là-bas, il te voit, il t’entend, te ressent, te revient
Mains pleines, cœur gonflé, mais non ! l’espoir à la niche! comme un chien !

Ce n’était que faux bruit, jour infidèle, fausse vie
Outre-terre, cette maison mais une table, les enfants se sourient
Mais ici, mais ici, boue, mensonges, nos monuments
Tu n’es venue, rien n’est advenu, avant que de naître, l’enterrement !

Vous passâtes, deux inamoureux que rien ne marie
Vives et folles flammes nues que ton âtre n’a unies
Que l’au-delà ce soir dessine en miroir vos images
Que s’effacent vos paresses, que naisse ta rage, sa rage !

Il voulait tant ce soir se souvenir de toi
De cette histoire à vous dont vous eûtes étrange envie
Je voulais tant ce soir qu’il se souvienne de toi
Que vous fûtes un jour, une nuit, époux, unis, désunis, ma chérie…

Crédits

Paroles de Sarah Vajda et Claude Marc Bourget
Musique, voix, piano, claviers, prises de son, mixage par Claude Marc Bourget
Enregistré à l’automne 2018 au petit studio de Metis Islands, Métis-sur-Mer, Québec, Canada.
Gravure par Marc Thériault, le Lab Mastering
℗ Produit par Claude marc Bourget
© Claude Marc Bourget

 

METIS ISLANDS RECORDS / MI-010