Taylor le pianiste (sur Cecil taylor)

CECIL TAYLOR 80 BIRTHDAY CELEBRATION, 2009

Taylor le pianiste, par Claude Marc Bourget (pdf)

Brochure complète CECIL TAYLOR 80 BIRTHDAY CELEBRATION, 2009


Musiques de ballet / Piano

CLAUDE MARC BOURGET
MUSIQUES DE BALLET / PIANO
バレエ音楽

AUDIENCE
Catalog number : AD004
Recorded in Françoys-Bernier Concert Hall Domaine Forget, Saint-Irénée, Canada.

Musiques de ballet / New Release 2010 (doc)

Épuisé / Sold Out. Bientôt chez / See you soon at Metis Islands Music.
Réédition en cours sur Bancamp (ci-dessous). Current reissue on Bancamp (see below).

 

Reford Gardens Suite ou 14 estampes dansées
The High Bank 1:34
Poppies of the Tsangpo 2:15
T he Exbury Azaleas 2:48
The Alpine to the Millstone 1:10
The Floral Terrace Between Rain and Sun 3:32
Blue Heron in the Pond 1:31
Belvedere on the Silver River 2:28
In Search of Gentians 1:54
Bathing Birds of the Night 4:19
Long Walk in the Royal Colors 3:28
The Crabapple Red Spring 2:38
Alone in the Stream Garden 1:27
Woodland Deepening 0:59
Supernatural Presence of the Primula 1:23

Sept entrées de ballet
Entrée à deux (homme et femme) 3:46
Entrée seul (homme) 1:10
Entrée seule (femme) 2:05
Entrée à deux (femme, enfant) 3:51
Entrée à deux (homme, enfant) 1:00
Entrée à trois (homme, femme, enfant) 2:48
Entrée seul (enfant) 0:57

À venir en réédition / To reissue :

España mística (y appostilla) 4:34

Passacailles étranges et tragiques
Première passacaille 1:44
Deuxième passacaille 1:38
Dernière passacaille 4:21

Naissance du cygne 2:55

Pas de deux 3:42

AFTER OFFERING us Second Time, Claude Marc Bourget is back with a second solo album, “Musiques de Ballet” (Ballet Music). Second Time, published under a New-York label in 2008, was quickly noticed by American and Italian Critics. Jazz review, Jazz Times, All About Jazz Italia have praised the work of Bourget. Susan Frances, from Jazz Review, wrote : “Bourget conveys deep emotions in his compositions allowing the notes to speak from his soul. He has a mind that sees music unlike anyone else’s. A virtuoso on the piano, but also as a masterful composer”.

Musiques de Ballet, a new CD from Bourget will most certainly receive equal praises, but, also, his style, his way, his themes, such as the theme from “Reford Gardens”, will reach a larger audience among music lovers. Recorded in the magnificent setting of Domaine Forget’s François Bernier Hall, this is new and fresh music, purely pianistic, with sounds of Paul Bley and Keith Jarrett, but also of Debussy, Stravisnky, Rachmaninov and Chopin. An irresistible weaving, with original colors and performance.

My Ballet Musics, says Bourget, even if they call and lead to dance, are not choreographic musics per say, or musics for dancing, but rather “dancing musics” of gesture inspiration: ballerina-pieces, in which rythms and scales dance and jump, towards an idea of Beauty. Besides, a little jazzy, a little classical, they are not Jazz, they are not Classical. Neither improvised, neither written, but recalled from a souvenir, recalled by the eye and the ear, my Ballet musics are synthesis musics. We are in the age of Synthesis, of the rolling echo of centuries, of the new look on the sound memories of time.”

« Mes musiques de ballet, bien qu’elles appellent et conduisent à la danse, ne sont pas des musiques chorégraphiques au sens premier, ou des musiques pour la danse, mais des musiques dansantes et d’inspiration gestuelle : des musiques-ballerines, dont toujours dansent et sautent, vers une idée de la Beauté, les cadences et les gammes. Par ailleurs, un peu jazzantes, un peu classiques, elles ne sont pas du jazz, elles ne sont pas du classique. Ni improvisées, ni écrites, mais rappelées par le souvenir, remémorées par l’œil et par l’ouïe, mes musiques de ballet sont des musiques de synthèse. Nous sommes à l’âge des synthèses, de l’écho roulant des siècles, du regard nouveau porté sur la mémoire sonore du temps ».

 


Critiques / Second Time

ALL ABOUT JAZZ, ITALY

(…) Second Time, realizzato in perfetta solitudine su uno Steinway gran coda (suono magnifico!), si sviluppa infatti come un lungo racconto, come una lunga suite. Preceduta da un cappello introduttivo, la prima parte si muove lungo le coordinate “consuete” del piano solo in chiave jazz. Gli inevitabili echi jarrettiani, dunque. Ma assai più forte, in Bourget, è l’impronta del conterraneo Paul Bley. L’amore per la risoluzione inattesa, per il cambio d’umore che, nello spazio di una nota, ci porta da un gioioso maggiore ad una malinconia più intima.

Con lo scorrere delle tracce si insinuano qua e là, fino a diventare predominanti, gli echi classici. Non solo dal punto di vista compositivo (Brahms e Beethoven, cuore della seconda parte), ma anche da quello esecutivo. La mano sinistra, spesso trascurata dai pianisti jazz, svolge qui un lavoro enorme diventando a tratti la vera protagonista.  ⎯ Paolo Peviani

JAZZ TIMES, USA

Bourget creates a balance between the deposits of rage and peacefulness in nature. His compositions channel the moods which guide nature’s course, and draws out its beauty even when confronted with its darker, brooding tirades. Second Time demonstrates Bourget’s agility as a pianist, and skillfulness to convey nature’s messages to audiences. He shows a desire for challenges, and a need to master them. ⎯ Susan Frances

JAZZ REVIEW, USA

“The intensity of the music and the quality of the recording pull you into the music, until you feel almost as if you are sitting alone in a concert hall. (…) No matter whether you are solo piano aficionado or not, Bourget’s sound is enthralling.  His technical and creative facilities alone are admirable, but the sheer intensity of his music is enough to draw the most callused listener in.  When so much music follows set forms of conformity and repeating phrases, it’s easy to get lost in the long, full themes that seem to never end.  I am not traditionally a fan of solo piano works, and I probably won’t go out and buy any right away, but this album will definitely have a spot in my listening library.” ⎯ Lorelei Clarke

JAZZ REVIEW, USA

“ Bourget’s compositions are strictly focused as well as free to soar as high as the creative imagination will allow and sink as low as the heart’s emotional abyss. Through the episodes of deep contemplation and mesmerizing flights, Bourget exhibits impressive maturity that causes people to stop in their tracks and listen to him. (…) His long stretches of wanderings wicked by the piano keys seem mysteriously guided, as even the moments of transgressions manage to stay on course like they are under a trance, which stops them from trailing away from their objective, and every track resounds with an objective in mind. (…) His album Second Time shows his skills as a virtuoso on the piano, but also as a masterful composer and arranger. At 52 years of age, Bourget does not seem to want to turn back time, but to move ahead with it, as Second Time embraces huge challenges and tests Bourget’s reflexes to move spontaneously along the changing tides.” ⎯ Susan Frances

JAZZ FRISSON, CANADA

« Bourget est un pianiste exigeant. Introspectif par moment, plus exubérant sur certains morceaux, il nous fait vivre toute une gamme d’émotions. Il faut se laisser envelopper par sa musique, dont l’émotion se dévoile par couches successives comme l’aube naissante révèle les détails qui nous entourent. La musique de Bourget est majestueuse, vecteur de tous les chagrins, joies et espoirs qui y transitent sereinement. » ⎯ Jazz Frisson).

THE LIVE MUSIC REPORT, CANADA

Bourget “explore a mysterious and vast territory. A great gust of wind blowing the melodies against a wall of sound”. (Live Music Report) . / Read the full review byJessica Lombardi.


Second Time, Improvisation circle

CLAUDE MARC BOURGET
SECOND TIME, IMPROVISATIONS CYCLE / PIANO
新しいリリースでは、 月 2回目は、即興サイクル

Quebec Improvised Musics Society

Épuisé / Sold Out. Bientôt chez / See you soon at Metis Islands Music.

“Emotional, uninhibited,
and hauntingly beautiful.”

Susan Frances, Jazz Review

Second Time New release 2008 (pdf / 399 Ko)

SECOND TIME REVIEWS

SECOND TIME TRACK LIST

Opening 1:40

Part I
Northern Restlessness     5:19
Interlude 1:02
Plays Of Winds 5:08
Dance Of The Large Bird 5:02
Secret Ice 4:27

Part II
Second Time 6:57
Lull In Ashes (Brahms) 4:00
Song Of Destiny (Beethoven) 3:14
Song Of Past  2:55
Tides Of Hopewell Rocks 2:48

Part III
Dripping Of Whiteness 3:36
Ungrund      5:08
River In The Air 3:51
Awakening Cycle 5:22
Coda 0:59

Rising Death (Adagio) 3:36

65:14


Lumières et réactions sur Le Moyne d’Iberville (1706-2006)

LUMIÈRES ET RÉACTIONS SUR LE MOYNE D’IBERVILLE (1706-2006)
Étude historique et polémique (2006)

« Bourget trouve les accents de Léon Bloy pour dénoncer le «désossement de l’histoire» auquel se livreraient les vulgarisateurs. S’en prenant aux «inepties» de ces derniers à propos de la violence et de la cupidité présumées de d’Iberville, Bourget rétablit les faits en contextualisant les lois de la guerre en Nouvelle-France, ainsi que le système de financement et d’armement des vaisseaux au temps d’Iberville. Abstraction faite du ton pamphlétaire adopté par Bourget, on ne peut qu’apprécier sa connaissance de l’archive et de l’époque. Il nous rappelle qu’on n’aborde pas un personnage d’ancien régime comme une vedette ou un homme politique contemporains.»
Bernard Andrès, « Pierre Le Moyne d’Iberville (1706-2006) : trois siècles à hue et à dia», Les Cahiers des dix, n° 60, 2006, p. 79-101

Étude parue originellement dans la revue Égards : Acheter Égards en ligne (numéros XI et XII)

Disponible intégralement en format PDF, sous licence CC :
Lumières et réactions sur Le Moyne d’Iberville (1706-2006) Partie I
Lumières et réactions sur Le Moyne d’Iberville (1706-2006) Partie II

Lumières et réactions sur Le Moyne D’Iberville de Claude Marc Bourget est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.claudemarcbourget.com/contact.html.

 


Les Immortels de Mathijsen

LES IMMORTELS DE MATHIJSEN, roman
CLAUDE MARC BOURGET

Les Immortels de Mathijsen, Roman, HUMANITAS, Montréal, 2000

Document disponible à la Bibliothèque et archives nationales du Québec (IRIS)

Lire la critique de Sophie Pouliot
dans Le Devoir (2001) : « Suspense articulé ».

EXTRAIT 1 / Les Immortels de Mathijsen / Avant-propos

« ……………………

La gloire est le soleil des morts.
Balzac

Montréal, 1949

Je suis Adrien Lepeinteur, alias Adrian Painter. Ma nais­sance à Montréal fut cause de ce nom postiche et faillit faire de moi un écrivain glorifié dans l’Amérique entière, par l’autel des journaux et des universités yankees.

Le lecteur se souviendra peu de l’affaire abominable qui me fit ainsi frôler la survivance. Affaire dont pourtant quelque dénouement, une nuit, à Manhattan, souffla son bruit jusque loin au-delà de New-York la nombreuse et de son île étrange. Bien souvent, et là plus qu’ailleurs, la croissance des actualités nouvelles étouffe la végétation des faits que nous pensions garder clairs à l’esprit. Mais il me semblera toujours qu’après un temps de sang et d’encre coulés, les journalistes de la City, les greffiers de Washington, les annalistes du crime, toute une race écrivante conspira quelque effacement de cette affaire-là, son nettoyage, — un certain silence, sur elle, du papier.

Or à présent, c’est égal et tout un. Je me décide à donner acte de ce qui se passa chez Gregory Mat­thewsen & Co., Publishers, tandis que s’y levait, si près de ma pénombre, le soleil des morts. Comme à publier ce que plus tard, malgré la part invincible du néant, il y eut d’aveux inécoutés, de propos inédits et de tardives évidences. Ainsi choisirai-je peut-être un peu, à mon tour, à qui va l’oubli, à qui la mémoire.

 EXTRAIT 2 / Les Immortels de Mathijsen / Chapitre VIII

Châh mat

Je ne parlerai pas de mon arrivée devant le haut temple de Central Park, dans les feux et les échos de la police et des reporters, entre les mouvements et les conciliabules d’une foule qu’un barrage d’uniformes s’appliquait à bannir des grands escaliers de la Cinquième avenue, que descendait comme une dernière émanation du drame. Je dus démordre de mes prétentions à entrer là, bien entendu, toutes légitimes que je les jugeais. Aussi je passe à la connaissance qu’en donnèrent au peuple de New-York, dès leur première édition du lendemain, la panoplie sans égale des journaux de la City*, — ainsi qu’au reste des Américains, ses agences télégraphiques. Je crois savoir qu’eurent lieu, également, des expériences de radiodiffusion.

Un troisième auteur de chez Matthewsen & Co., Publishers, était mort assassiné, dans l’après-midi d’hier, de la plus terrifiante façon. Une bête immonde et introuvable, révélée par ses deux précédents ravages, était revenue nous infliger son art importé des ténèbres, — ce coup-ci dans les murs du Metropolitan Museum, maintenant dépositaires d’un chef-d’œuvre du diable. Miss Eleanor Hamlett, dont un premier roman paraissait aujourd’hui même et que des fonctions plus officielles avaient amenée à New-York, entre autres gens d’Art et d’An­tiquités, pour inaugurer les célèbres Greco de la collection Havemeyer, fut non seulement étouffée par les pattes d’une chose inexhaustible, mais souillée jusqu’en ses profondeurs vasculaires. Fut également avili l’un des joyaux du nouveau legs, qui servit d’ultime décor à la victime de cette inexplicable atrocité, qu’on disait aussi bien une femme éblouissante, voire elle-même un joyau de son sexe. Alors que le Director du Metropolitan, Mr Edward Robinson, amortissait un curieux retard de sa principale inauguratrice en distrayant ses autres invités autour des statues du Great Hall, un effroyable importun exerçait à l’étage — sur celle qui, se sachant inexacte, y aura cherché directement ses pairs —, son insigne talent pour la mort. Les notables, après un certain temps, n’en purent plus d’attendre, ni Mr Robinson de les retenir au milieu des visiteurs ordinaires. Ils montèrent donc inaugurer des images que, très bientôt, ils n’en purent plus de voir.

…………………… »


De la décréation du monde / entretiens

DE LA DÉCRÉATION DU MONDE
Cinq entretiens avec Jean Renaud
CLAUDE MARC BOURGET

BEFFROI, Québec, 1994 / Collection Entretiens inactuels

106 pages

« (…) entre autres talents méconnus, Jean Renaud et Claude Marc Bourget, les plus grandes plumes vivantes au Québec, qui surclassent largement bien de nos écrivaillons radicaux-nationaux et dont la presse gaucho-révisionniste ne parle bien sûr jamais : on a mieux à faire au Québec, que de s’occuper de ses génies, surtout s’ils ont le malheur d’être catholiques et antiprogressistes. »  –   Maurice G. Dantec

American Black Box Le Théâtre des opérations – Tome 3, ALBIN MICHEL

Document disponible à la Bibliothèque et archives nationales du Québec (IRIS)


La Bataille des Alberti, suivi du Sagittaire d’Evesham, récits

CLAUDE MARC BOURGET
LA BATAILLE DES ALBERTI, suivi de LE SAGITTAIRE D’EVESHAM, récits

BEFFROI, Québec, 1990 (135 pages)

Document disponible à la Bibliothèque et archives nationales du Québec (IRIS)

EXTRAIT. La Bataille des Alberti / Extraits du premier chapitre.

« ……………………

Mon arrivée dans l’Université,
par le fleuve où je rembarque aujourd’hui,
vieux et blessé.

Àprésent que là-bas, pour des raisons in­croya­bles, meu­rent et dégor­gent les pre­miers pays du cou­chant, l’A­tlan­ti­que est une mer de trans­port et d’é­cu­me, plus même océa­ne. Leurs restes plu­sieurs fois vé­nérables ont gavé sa gran­deur et pénè­trent à l’inté­rieur d’i­ci, se­con­de terre occi­den­tale en sa plus haute tierce, qui seule tou­che au ciel bo­réal, la North Ame­rica. Il y a com­me une pente du temps vers l’ou­est in­ter­minable et que fait à peine décli­ner à soi tout le ma­gné­tisme du nord. Je suis né en mar­ge de ce pays des en­ge­lu­res, mais j’en ai connu l’inté­rieur aussi, du moins en­tre mes pro­pres li­mi­tes.

La voie de pénétration est un fleuve im­mense et re­pu. Au fond de cette voie, dans l’enfance du fleu­ve, s’effilo­che la ma­tière li­quide, comme afin de faire pren­dre racine à son ba­gage  ; de fines pen­tes attrou­pées, pour ainsi dire à contre­temps, y font une armée de ra­pi­des et de chutes. Et dos à cette agita­tion bat­tante, ap­puyée au cœur du com­bat, Mon­tréal est as­sise, ville in­sulaire qui regarde à son port remon­ter la dif­for­mité sinueu­se et très impure de la lon­gue masse d’eau. Mes aven­tures m’ont con­duit à croi­re que cette île du de­dans fait partie des pre­miers restes voya­geurs du pre­mier oc­ci­dent  ; plan­tée là com­me un coin, elle main­tien­drait l’é­car­te­ment des bords de la cas­sure, grande ou­verte la voie et bien ten­du, sur­tout, le piège à ses pa­reils. Pres­que tout ici sup­pose en fait une guerre entre des vesti­ges.

(…)

Ce qu’à cette époque il m’arriva tantôt de croi­re, tan­tôt de sa­voir, en cette université de faire, si haut per­ché et sous pa­reille protection, je vou­drais donc en livrer le fil à mes sem­bla­bles. Mais c’est en les priant d’absou­dre ma faible plu­me, qui plie sous le temps. Ils ne peu­vent lui te­nir rigueur des ap­prêts dont elle cher­che à re­vêtir ses man­ques et ceux, plus nus en­core, de ma mé­moire épou­van­table. Depuis cent ans que je n’ai pas écrit ni lu, et tandis que je navigue de nou­veau sur la masse du fleuve, mais à l’envers et criblé de plaies, le plus ardu est d’or­don­ner mes pa­roles autour de la pro­ces­sion des faits étran­ges qui m’ont blessé de la sorte et retiré du monde si long­temps.

…………………… »

EXTRAIT. Le Sagittaire d’Evesham / Premier chapitre

« ……………………

Worcestershire, le 4 août 1265

Je crois à mon étoile, qui est bonne, mais par les plaines mar­neuses où j’accom­pagne mon prince, qui aime son archer comme sa plus belle bête de chasse, je vais également sous les fatigues d’une progression sans trêve ; et j’ai déjà vu combien les choses de la terre aussi peuvent influencer mon œil et ma flèche.

Nous sommes presque vingt mille hommes à avancer par une lune humide, qui, tels des loups, com­battons des chiens. C’est depuis le jour d’hier qu’il me semble, nous avons repris une route vic­torieuse.

Simon de Montfort s’était appuyé sur les Gallois indociles pour nous prendre des châ­teaux, mais nous avions gardé les ponts de la Saverne, et, au-delà du dernier, à battre la rive galloise, nous l’avions refoulé à la ville que là-bas on appelle Casnewidd ar Wysg. Sur ce golfe où elle est, l’attaque de ses navires par nos galères lui avait bloqué la rive an­glaise et ache­vait de l’enfermer sur les landes de Sir Fynwy. Or, de Montfort avait à l’est son fils ac­courant de Londres à dessein de nous coincer entre eux deux.

C’est à Kenilworth que notre jeune géné­ral nous fit foncer une première fois à tra­vers la nuit. L’aube nous habilla de brume et nous surprîmes facilement ces renforts. Je tiens l’amitié que nous a fait le temps pour un pro­dige, mais l’invention fut d’atta­quer d’abord la mâchoire mobile de l’étau. Je crois que de retour à Worcester, mon prince a compris que bientôt il dépasserait en génie Simon de Mont­fort son oncle, ce vieux comte de Leices­ter duquel il avait tant appris en de meil­leurs jours et dont il venait d’anéantir un moins brillant élève. N’empêche qu’en­tre-temps, l’oncle a su profiter de notre ma­nœu­vre en traversant finalement la Saverne à deux pas de la ville : suprê­me tentative de rallier un fils qu’il ne sait pas mort.

De Worcester à Kenilworth, puis de Wor­cester à maintenant que nous-mêmes à bout mais tous enra­gés d’en finir, nous tâchons à forcer de nou­veau cet immense chien, la route nocturne est tou­jours plus prometteuse. Mais l’ap­proche d’Eve­sham m’em­porte aussi sur les fumées d’une autre ivresse. Je me sens remon­ter la marche des événe­ments qui, après celle des astres, m’a fait ainsi que je suis, ni jeune ni vieux encore, chevauchant auprès de Lord Édouard mon prince et pro­tecteur.

…………………… »

 


Critique / Festival de jazz de Montréal (Piano +) / 1983

Festival de jazz de Montréal / Piano solo Improvisations

Bibliothèque nationale, Canada, 1983

(Enregistrement perdu)

« Au programme, un récital de Claude Marc Bourget, pianiste improvisateur de 26 ans, qui ne va pas sans rappeler le style du pianiste américain Cecil Taylor. Sans jamais succomber à la tentation d’associer liberté et gratuité, Bourget s’est livré avec une rigueur remarquable. Une musique énergique, extrêmement dense, et d’une richesse harmonique peu commune. Autodidacte, Bourget étale des qualités techniques impressionnantes et témoigne d’un souffle créateur inépuisable.»

Pierre Boulet, Le soleil, 12 juillet 1983.